«

»

Août 25 2017

« La pogne, la poigne et le pognon… »

Un courrier des lecteurs dans Ouest France d’aujourd’hui qui vaut bien des commentaires de pros

« Emmanuel Macron vient de perdre 10 points en un mois : c’est tout à son honneur ! Contrairement à son prédécesseur qui voyait sa popularité se réduire de jour en jour faute à une inaction totale, notre nouveau président prend des initiatives, mène des réformes, tue dans le fruit ces vers indésirables (carpocapses) qui ont pourri notre économie et conduit notre pays dans une forme de décrépitude… Alors, d’autres réformes, d’autres décisions, d’autres tours de vis, se dessinent à l’horizon. La poigne de notre nouveau chef d’État va remettre de l’ordre un peu partout. Chacun va se sentir frustré, berné, mais nous n’avons pas élu un dieu, nous avons plébiscité un sauveur. J’aimerais que nos compatriotes comparent déjà les réformes drastiques que nos voisins italiens, portugais, espagnols ont subies depuis des années avec un nouveau pouvoir d’achat terriblement amputé, associé à un régime social bien entamé. Cela clouerait le bec a beaucoup d’entre nous… Dans notre Hexagone, pour une APL diminuée de 5 €, ainsi qu’une CSG augmentée de 2 % sur les retraites, la France bouillonne déjà ! D’autres orientations draconiennes nous attendent et viendront contrarier sévèrement les idéaux utopiques qui nous habitent. Vivre au -dessus de nos moyens ne pouvait plus durer, le marasme entretenu par un président faible ne pouvait plus continuer… Oui, nous allons devoir courber l’échine, faire des concessions. Notre compétitivité est en faillite, notre industrie est aux abois, notre agriculture bat la chamade. Rien ne va, si ce n’est notre France touristique qui fait de notre territoire un joyau reconnu et envié par le monde entier. Tiens, au fait, nous n’avons plus un vrai ministre du tourisme. Sans doute est-il parti pour des contrées lointaines, ? On appelle cela une vacance de poste. Voilà un emploi à créer… Sans doute faudrait-il nommer un ministre d’office du tourisme. Quant à notre jeune Président, il jouit d’un dynamisme débordant. Il est vrai que sa poignée de main adressée à Donald Trump montre toute la force de son poignet. Après la pogne, pourquoi pas le pognon ? Soyons patients, Paris ne s’est pas fait en un jour et je vous fais le pari qu’un meilleur destin nous attend… Dernier exemple de réussite : nos JO de 2024, épreuve capitale, décrochés par notre tout récent promu. Voyez, y pas photo, enfin presque, si ce n’est que les mairies ne disposent pas de cadres assez grands pour y accrocher le nouveau cliché présidentiel. Les maires ont dû rogner sur le format, histoire de rappeler à leurs administrés que plus rien n’est formaté comme avant… Façon de couper court à des rumeurs déjà bien velléitaires qui gravissent les marches de nos hôtels de ville. « La pogne, la poigne et le pognon », quelle belle source d’inspiration pour notre Jean de La Fontaine qui, s’il était toujours de ce monde, aurait pu fabuler toute à sa guise sur un sujet décrit et écrit à la force du poignet ! « Fabulistiquement rédigé ! » se serait extasié Salvatore Dali. »

François Monnier (Blois) :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>