Avr 21 2018

Ouest France : Voilà pourquoi on reste abonné

IMG_0143

Avr 13 2018

Le Crédit Mutuel remet les pendules à l’heure

Comme quoi les bouteillons peuvent très vite se dégonfler OF durand13042018_1

Va falloir inventer d’autres peurs pour manipuler les élites locales. Au bout, c’est clair, le président actuel du CMB devra se démettre …à moins que son objectif soit de s’échapper avec son état-major, déjà hors équipage, avec la cargaison la plus lucrative du navire.

Pour ceux qui auraient manquer l’épisode, voici le montage existant et les risques possibles : les 250 cadres supérieurs (l’état-major) du CMB sont regroupés au sein d’une société anonyme commerciale lambda, dont ils sont actionnaires.
Ils ne sont donc plus salariés du CMB. Cette SA qui s’appelle Société des Cadres Dirigeants (SCD) loue leurs services au CMB lui-même.
Grassement d’ailleurs et avec des taux d’augmentation annuels de 20%. La rémunération du PDG atteint plusieurs millions d’€, plus 2 fois plus que celle du président national de l’ensemble de la Confédération du Crédit Mutuel dont le CMB ne représente pourtant que 10%….

Evidemment ils ne font plus partie du personnel du CMB et ne sont plus solidaires des décisions qui peuvent le concerner.

Certitude : en cas d’exacerbation du conflit avec le Crédit Mutuel national qui mènerait à la séparation, le CMB perd immanquablement sa licence bancaire. Cela a été dit, redit et confirmé par la BCE comme les Gouvernements successifs.
Il doit alors fermer ou au moins réduire sa voilure (ses activités)  drastiquement. Dans ce cas l’état-major n’est pas concerné par la perte d’emplois.
Hypothèse : Avec l’outil SCD, l’actuelle direction les mains libres pour vendre, reprendre ou partir avec une partie des activités (la ou les plus rentables, l’assurance-vie par exemple) ou du réseau. Avec une jolie plus value au passage naturellement.

Quant aux salariés, qu’ils se débrouillent, avec sa SDC, l’état-major a déjà pris place dans les canots de sauvetage.

Affabulation ? Avec la subordination des instances mutualistes mise en oeuvre avec méthode par la direction actuelle depuis quelques années ? Et les bobards qu’elle a réussi fait avaler aux édiles locales à coup de fausses alarmes et de publicités mensongères ? Non, un plan et des moyens pour l’appliquer dans un but précis : le gain. Au total, c’est le mutualisme et la capacité d’action pour la Région et l’économie qui en font les frais.

Avr 09 2018

La pression sur le personnel au CMB ARKEA : l’article du Monde

 

 

LE MONDE CMB ARKEA 07042018_Page_3

Articles plus anciens «